Primo-édition d'un anonyme français conservé à la BNF dont le manuscrit s'intitule :

 

" Dictionnaire de Géomancie et des Rose-croix "

 

( BNF MS 14778 FR, XVIII è.s.)



Par Jean-Pierre Mouls

webmaster@geomance.com

Tous droits réservés



 


PLAN DE LA PRESENTE EDITION

 

 

  • SOMMAIRE ORIGINEL du " Dictionnaire de Géomancie et des Rose-croix" ( BNF MS 14778 FR, XVIIIè.s. )
  • Ce sommaire indexé qui contient des rubriques commentées est un véritable un mode d'emploi divinatoire de l'ouvrage dont il annonce la pagination des principaux chapitres et référencie celles des diverses rubriques d'intérêt ; ainsi chacune des 16 figures de géomancie avec leurs correspondances et diverses représentation graphiques ; (en étoiles, en fleurs, et en caractères géométriques), ou une "Clef de l'interprétation", ou encore un "index astrologique des questions", utilisant un classement thématique par Maison....

     

  • META INDEX ALPHABETIQUE GENERAL DES QUESTIONS
  • Ce nouvel index alphabétique détaillé référencie les 240 articles _dont les 138 questions résolues_
    du dictionnaire d'interprétation géomantique.

    Rendu indispensable par la nature encyclopédique de l'ouvrage _346 pages manuscrites, soit plus d'1 MO de texte_, il a été spécialement conçu pour la présente édition.


    De plus, une option de recherche par mot clef permet de sélectionner rapidement la bonne entrée et ainsi s'orienter rapidement dans le dictionnaire.

     

  • AVERTISSEMENT AU LECTEUR (voir ci-après)

     

  • INTRODUCTION A LA PRESENTE EDITION (éditorial de présentation de l'ouvrage).

     

  • L'OUVRAGE PROPREMENT DIT : il comporte autour de 400 pages, et commence à la suite de cette introduction. Des notes de lecture de l'éditeur, plus où moins brèves, alternent avec le texte tout du long (pour être différenciées d'avec le texte d'origine, elles figurent en italique).
  •  



     

    AVERTISSEMENT AU LECTEUR


    (Préface de l'éditeur)

     

    Processus décisionnel et rationalité divinatoire sont à prendre en compte pour comprendre la nature symbolique de l'ouvrage.

    Il y a en effet une triangulation symbolique entre la fonction de ce livre, le rôle du consultant et celui du devin, de par l'interaction entre ces trois instances qu'implique le processus divinatoire comme processus de prise de décision.
    Même dans le cas ou le consultant est lui même l'opérateur, il y a la médiation de cet autre qu'est le devin, cette fois-ci comme symbole, projetée sur le divin, ou sur l'auteur originel (et inconnu) de ce livre, en tant que "sujet supposé savoir".
    La nature de ce livre n'est donc pas séparée de sa fonction supposée, celle d'un usage divinatoire où il joue le rôle de tiers symbolique et de medium.
    Le linguiste Umberto Ecco (voir "lector in fabula") parle d'une telle interaction entre tout texte et son lecteur, où à chaque lecteur et moment de lecture correspond une lecture ou une grille de lecture singulière...
    C'est un processus fondament, préalable à l'acte divinatoire, que shématise ce dictionnaire géomantique. Il s'agit d'associer à l'avance telle ou telle question choisie à la grille d'interprétation correspondant, elle aussi singulière, déclinée en fonction de réponses spécifiques possibles, ordonnant ainsi la structure commune aux articles de ce dictionnaire. Du point de vue du processus divinatoire, le mode d'emploi de l'ouvrage prescrit de consulter le dictionnaire géomantique dès avant la phase divinatoire proprement dite, mode opératoire qui permet d'anticiper l'interprétation d'une question, et ainsi se représenter à l'avance les divers modes de prise de décision... Ainsi, outre qu'il peut se lire de façon séquentielle, ce dictionnaire d'interprétation a donc pour spécificité de devoir être compulsé soit au moment de l'élaboration d'une question divinatoire, soit en tous cas _ et c'est une prescription impérative du processus divinatoire_ en prévision d'une consultation géomantique, puis, éventuellement, à nouveau après l'établissement d'un thème géomantique pour aider au dépouillement du thème géomantique (en phase d'interprétation).

     

    Le processus divinatoire se déroule shématiquement en trois phases qui sont en succession temporelle, qui se présente ainsi si l'on prend un instantané _par exemple_ au moment du tirage au sort ( donc en prenant comme axe du présent ce moment du tirage au sort ) ;

     

  • 1°/ ÉLABORATION (de la question divinatoire et repérage préalable de la gamme des réponses possibles afférentes aux diverses configurations géomantiques possible) ; "PASSE"

     

  • 2°/ TIRAGE au sorts (et établissement du thème géomantique) ; "PRESENT"

     

  • 3°/ INTERPRÉTATION du thème divinatoire (on rapproche la configuration singulière du nouveau thème avec les configurations possibles déjà repérées en 1°/, ce qui permet de statuer après-coup sur la réponse oraculaire tirée au sort) ; "FUTUR"

     

    Alors, si l'on généralise le diagramme ci-dessus, c'est à dire si on l'interprète d'une façon temporelle plus relative, en changeant de repère temporel, tout se passe comme si, dans le présent de l'élaboration de la question divinatoire, le passé rétroagissait sur le futur, et _réciproquement_, comme si, dans le présent de l'interprétation, le futur rétroagissait sur le passé...

     

     

    Constatons que ces trois phases s'interpénètrent et interaggissent en boucle à tout instant, imbriquées qu'elles sont comme les tuiles d'un toit : "overlapping", "hiérarchie enchevêtrée", "boucle étrange", figures de l'interaction...

     

    Mais après ces "arrêts sur image", laissons librement se dérouler la séquence du temps...

     

    Ces trois phases se succèdent alors de façon cyclique dans la spirale du temps, comme dans le cas de questions complexes qui, scindées en de plus simples, entrainent une suite de consultations successives en raffale, dans une même unité de temps qui, symboliquement, relie passé, présent et futur...

     

    Mais à tout prendre, ces réflexions ne sont jamais là, peut-être, que des réminiscences pythagoriciennes ?

     

    A rebour ! criait Père Ubu pour lancer ses troupes à l'assaut (dans "Ubu Roi" d'Alfred Jarry).
    Méfions nous de la reproduction sociale des erreurs du passé dont sont grosses la langue, les monuments, les idéologies, les croyances, les supersticions (les arts divinatoires comme le scientisme). Mais faire table rase ne suffit pas _c'est même impossible et dangereux_, car le refoulé fait toujours retour. Alors ? Redéployons "ici et maintenant" les ailes atrophiées du poëte et, revivifié, dansons, surveillons le passé, décryptons le présent, et puis surtout, surtout : souvenons nous du futur
    !


  •  



    Présentation de l'ouvrage

    et

    Introduction à la présente édition

     



    L'ouvrage est de format 21 X 17 cm.

     

    Le dos de sa reliure de maroquin rouge annonce en lettres dorées un

     


     

    " Dictionnaire

    de

    Géomancie "


     

    aux

     

     

    " Figures coloriées ".


     

     

    Parmi ses 173 folios manuscrits, une dizaine de planches couleur pleine page sont finement illustrées à l'aquarelle d'arborescences florales de quatre couleurs, organisées en treilles de rosiers qui figurent les 16 figures géomantiques en roses pommées.


    L'ouvrage est un recueil de questions-réponses oraculaires classées par ordre alphabétique et regroupe à la fois un dictionnaire divinatoire et un système d'interprétation géomantique exhaustif.



    (...)

     



    (début de la transcription de l'ouvrage MSBNF 14778FR)













    Folio 1 r°.





     

















     


    présentation de l'éditeur

    (suite)

     

     





     

    (...) Le titre de l'ouvrage est stylisé en lettrines colorées, alternativement jaune-orangé, bleue, rouge pour les deux premiers mots, puis selon la séquence inverse pour le mot "Géomancie" et pour l'alignement d'étoiles multicolores qui souligne l'ensemble, dans lequel vient s'insérer à l'encre noire le sous-titre "et des Rose-croix".


    Ce mot de "Rose-Croix" fait peut-être référence aux 16 "figures coloriés" en forme de roses, distribuées quatre par quatre sur la périphérie d'un cercle selon quatre dominantes de couleur dont chaque couleur dessine une croix.


    Cependant le mot Rose-Croix est la condensation de la formule médiévale "par la croix à la rose" allégorie des 7 stades de transformation alchimique(1). Au XVIIe. s, il désigna par ailleurs la société illuministe des frères de la Rose-Croix.


    On relève ailleurs dans le contenu de l'ouvrage des allusions discrètes à l'Art (c'est à dire au Grand Oeuvre de l'Alchimie) et à la symbolique solaire de la rose ;


    "L'Amour est l'Emblème d'un Soleil factice enfant de l'art ...c'est un souffle léger masqué sous la forme d'un zéphyr, il s'approche et caresse la rose,..."


    Ceci vient en écho avec la nature fondamentale de la géomancie, donnée pour la "fille de l'astrologie" et qui partage avec l'Alchimie médiévale (2) cette généalogie céleste mythologique que symbolise la rose, projection terrestre de l'essence du soleil.


    Mais quand bien même les rosicruciens du XVIIe s. avaient la réputation d'être versés dans les arts divinatoires et l'Alchimie (3), l'auteur se démarque dans sa préface des mouvements illuministes, dénonçant sans ambages leur naïveté :




    "Je ne veux pas même m'étayer de ces gens éclairés et pénétrants, qui admettant dans la moyenne région de l'air des esprits intelligents sans nombre, ont cru que ces esprits bienfaisants avaient pu faciliter à certains hommes privilégiés la découverte des plus beaux secrets de la nature, comprenant la Géomance,..."


    Cependant il ne fait pas plus de concessions aux incrédules et aux rationalistes conformistes ;


    "Pour moi, je n'écris point pour scandaliser les amers faibles et bornés qui poussent le scrupule au point de traiter les rapports et les sympathies de superstition, (et qui) me feraient un crime de la géomance qui leur paraîtrait de la pure magie ; encore moins pour nos esprits forts et nos libertins qui, détour par un principe d'orgueil et de corruption, la tourneraient en dérision..."


    ...ni non plus confiance aux tenants de la "geomance astronomique" (traité du pseudo Gérard de Crémone, alias Gérard de Sabionetta, imprimé au XVIe s.);


    "Leurs contradictions et la manie qu'ils ont eu de l'habiller en astrologie pour s'accommoder aux préjugés du temps a fait crouler l'édifice sur l'ineptie de leurs préjugés."

     



     

     

     

     


    Juste après la préface, sous un soleil rouge aux seize rayons (comme le nombre des figures géomantiques), on lit cette réflexion :



    "Une vérité occulte n'est autre chose qu'une intelligence céleste qui choisit les figures et les fixe où il lui plaît. Alors vous communiquant ses lumières, si elle vous en croit digne, l'événement justifie la vérité de sa prédiction, sinon, le jugement tombe à faux et votre embarras se trouve greffé sur la réponse."



















     


    Notes de bas de page (de la suite de la présentation de l'éditeur)

     

    (1) "...Il s'agit du passage à la rose exprimé dans la formule "per crucem ad rosam" (par la croix à la rose) et qui fut condensée à la fin du Moyen Age dans la "Rose-Croix". Dans cette transition, l'essence du soleil descend du Sol (Soleil) céleste dans la fleur, réplique terrestre au visage du soleil [ fig. 29 : renvoi à l'illustration ci-dessous ]. Le caractère solaire a aussi survécu dans le symbole de la "fleur d'or" de l'alchimie chinoise...." ( C.G. Jung, Psychologie et alchimie, p. 104.)

     

     

     

     

     

    frontispice du Summum bonum de Robert Fludd,

    figurant une rose à sept pétales à la tige cruciforme,

    auréolée de l'adage "dat rosa mel apibus"(*)

         

     

    (*) "La Rose donne le miel aux abeilles". Elle a sept pétales, qui sont les sept planètes et les sept stades de l'Oeuvre (alchimique). Elle pousse sur la Croix, car elle "est le sang du Christ", selon robert Fludd (Summum bonum, 1626). ( Cité d'après Serges Hutin, histoire de l'achimie, Marabout université, 1971.)

     


     

     

    (2) "Geomance est un art de poincts, signes et figures, pour bien iuger des choses incertaines (qu'on veut fçavoir) paffées, presentes, ou futures. Et par ce qu'on divife l'Aftrologie en la Celefte, en la Terreftre (qui eft Geomance) & en l'Alchemie, on appelle vulgairement la Geomance fille de l'Aftrologie."

    (La geomance abrégée de Jean de La Taille de Bondaroy", L. Breyer, Paris, 1574)

    [Note : une version numérique de ce traité est disponible au format Acrobat PDF sur gallica.fr (BNF)]

     

     

     

    (3) "Un inconnu lui prédit qu'il se marierait à 35 ans, et quelques autres choses particulières que l'évènement a justifiées ; il y aurait dans cet inconnu de quoi faire un devin, si l'on voulait, ou un rose-croix qui courait le monde" Fonten., Ozanam.

    ( dictionnaire Littré, article "Rose-Croix".)

     

    (fin des notes de bas de page de la présentation de l'éditeur)


     



    F°. 1 v°- 4 r°. (pages blanches, numérotées en noir)













    F° 4 v°. (paginé en noir)





    (Sommaire )




    § Réflexion qui commencent par ces mots :

    "il en est des 16 figures qui sont le tableau..."


    § Avant propos.


    § Origine.


    § Préface.


    _Ces trois (paragraphes précédents) sont de suite (= se suivent)._


    § Clef et suite de la clef. page 35. et suivante(s).


    § Géomancie. page 67 . dans le courant (de la page) & page 68


    § à Evénement pour savoir le temps que doit arriver telles choses. page 50.


    § Jugement. page 76.


    § Observation sur le jugement.



    § Jugement selon le manuscrit.


    § Suite du jugement.


    _Ces trois se suivent à la lettre I._


    § Opinion sur la Géomancie page 125..


    § Je dois répondre à une question à la lettre G.


    § Réduction de plusieurs figures en une, page 149.


    § page 169. Les heures du lever du soleil dans chaque mois

    de l'année, et une table pour connaître les 24 h(eures) de

    chaque jour de la semaine, en commençant par le dimanche.





    F° 5 r°. (paginée en noir)


    Explication des planches qui sont dans ce livre.



    1ère. planche ; cette table creusée d'un pouce de profondeur est le modèle

    de celle qu'on doit avoir, au fond de laquelle on placera le cadran astronomique

    entouré des 16 figures de Géomancie au milieu desquelles il y aura un pivot

    pour placer votre aiguille. Faites seulement attention avant de la tourner

    que la table soit portée d'aplomb.



    2è. planche ; ce cercle divisé en 16 cases renferme les 16 figures

    de géomancie en caractères que l'on doit connaître, et leurs noms que l'on doit savoir.

     


    3è. planche ; ce cercle divisé en 16 représente les 16 figures en caractères,

    et en fleurs.

     


    la 4è. planche, représente les mêmes fleurs jointes à leur caractère,

    telles qu'elles sont au haut de chacune des 16 figures dispersées dans

    votre dictionnaire ; pour les trouver, voyez la clef à la lettre C.

     










    ° Observation ;



    Les 4 rouges marquent le Feu, elles désignent

    entre autre les passions violentes, telles que la colère, la haine

    et l'amour.




    Les 4 bleues marquent l'Air, elles désignent les vertus sociales

    excepté l'écervelé . PUER / l'Ecervelé . qui caractérise l'égarement d'une jeunesse bouillante.




    Les 4 verdâtres marquent l'Eau, dont les deux premiers .ALBUS / la Judicieuse . PUELLA  / la Pucelle .

    désignent la sagesse, la paix, la bienveillance et la générosité,

    (...)


    (Un losange dans la marge droite indique ici un renvoi)


    -----------------------

    (la suite de la phrase est notée au bas du F° 5 v°, à hauteur d'un losange figurant dans la marge gauche.)


    (...)

    les deux derniers . VIA / la Voyageuse . POPULUS / la Bavarde . caractérisent l'instabilité, la paresse, l'indiscrétion et l'insensibilité.

    -----------------------

















    Les 4 gris de lin marquent la terre, dont les 2 premiers . FORTUNA MAJOR / Le Bienfaisant . .CAPUT DRACONIS / la Prudente .

    sont le symbole de la puissance, de la prudence et des vertus

    qui conduisent au vrai bonheur. les 2 d(erniè)res qui sont . CARCER / la Crasseuse . TRISTITIA / la Grondeuse .

    (...)



    F° 5 v°.


    (...)

    personnifient la difformité, l'avarice, la lenteur, et la fausseté.





    5 è. planche. Ce cercle, divisé en 15 Cases est le modèle

    de celui que l'on doit faire au compas, pour placer vos 15 figures

    que vous tirerez l'une après l'autre, au moyen de votre aiguille en

    posant la 1ère. dans la première Case et suivant le même ordre jusqu'à la 15è.

    Voyez la Clef.

     


    (la) 6 è. planche _ ou plutôt la 9è_ marque un cercle divisé en 16, dont

    les 4 cases angulaires, qui sont la 1ère, la 4è, la 7è, et (la) 10è, occupées par des figures fixes,

    marquent le temps présent, les succédantes, qui sont la 2è, 5è, 8è et 11è, fixes ou mobiles,

    marquent le temps futur, les cadantes 3è, 6è, 9è et 12è, mobiles ou communes, marquent

    le temps passé. Si ces figures sont fixes, les choses arrivent bien tard.

     


    la 7 è. ou plutôt la 10 è. planche marque les 12 mois de l'année.

     


    8 è. planche ; ce thème divisé en douze Cases marque toutes les parties du corps, la 1 ère.

    Case, la tête, ainsi du reste.

     

    Note

     

    La feuille où il est marqué jugement des conseillers . page 80. est à consulter

    après que vous ayez fait un thème composé de vos 15 figures pour savoir si les

    3 derniers qui sont la 13 è. 14 è. et 15 è. sont pareils à un des ces écussons

    qui vous en donnera la solution.

     


    ° Observation. L'année géomantique commence par le mois de mars ;

    cette observation n'a lieu que lorsque l'on veut savoir sa fortune dans le courant de l'année, ou

    pour juger de l'abondance ou cherté de l'année présente ou future.




    F° 6 r°.


    Réflexion.


    Il en est des Seize figures de Géomancie qui sont le tableau de toute la nature en général

    et de la vie humaine en particulier comme de nos sociétés, la bonne corrige les moeurs et la mauvaise corrompt ; ainsi une bonne figure de l'air se trouvant supérieure par sa position à une mauvaise figure du feu qui la voisine corrige sa malice, au contraire, une mauvaise figure du feu ayant la supériorité la corrompt, parce que ces deux Eléments s'accordant en substance se communiquent leurs malices ou leurs bontés.


    Il en est de même des deux autres Eléments qui ont le même accord et dont le mélange des figures qui leurs sont attribués font le même effet.

    Mais quand ces Eléments, c'est à dire les figures qui les représentent se trouvent divisés, elles conservent leurs bontés ou leurs malices personnelles.




    F° 6 v°. (page blanche)

     




    F° 7 r°.



    AVANT PROPOS.


    Un manuscrit hébreux m'étant tombé singulièrement entre les mains,

    j'avais comme le Cocq de Lafontaine trouvé la perle sans en connaître la valeur.

    Je conservais du temps cette pièce curieuse, du moins je la jugeais telle par son antiquité, lorsqu'un jeune juif étant venu chez moi par hasard, je me rappelais mon manuscrit et lui montrait, curieux au moins d'en savoir le titre. Pouvais-je faire moins

    pour m'assimiler à tant de prétendus savants pourvus d'une énorme bibliothèque,

    dont l'orgueilleuse possession est plus une preuve de leur ignorance que de leur

    savoir, aussi bien servie par une ample dose d'amour propre que de leur bourse.

    Vous leurs trouverez des livres en toutes langues, qu'ils voudraient vous persuader entendre, tandis que souvent ils ignorent même la leur.





    Revenons à mon manuscrit, le jeune hébreux me dit que c'était un traité de géomance :

    à ce titre, je me rappelais que j'avais vu autrefois chez mon maître de mathématiques

    un traité de cette science par Cattan. C'est, lui dis-je, une façon de connaître par certaines combinaisons les choses passées, présentes et futures. A ces mots ses yeux s'animèrent et la curiosité si naturelle à la jeunesse, et peut-être si blâmable dans un âge où la mémoire est prête à se couvrir de (?). L'ayant disposé à m'accorder tout le temps nécessaire pour en faire une traduction, je l'ai fait en forme de dictionnaire pour simplifier l'ouvrage et en faciliter l'intelligence.

     






    ORIGINE DE LA GEOMANCIE





    La géomancie, dit l'auteur, est une correspondance des êtres intellectuels

    avec les (êtres) matériels, un de ces hommes, dit-il, adonné à la contemplation,

    doué d'une droiture de coeur et d'une pureté d'intention, base des plus (...)



    F° 7 v°.


    (...) grandes vertus, a mérité les secours et les lumières de ces heureuses

    intelligences, par le moyen desquelles il a imaginé un alphabet céleste

    composé d'étoiles qui dans un certain ordre forment différentes figures,

    dont il a éprouvé les propriétés et les vertus suivant leurs différentes positions

    dans un Cercle partagé en 12 Cases, au moyen d'une combinaison juste

    de leurs qualités bienfaisantes ou malignes et de leur analogie avec les quatre Eléments.


    Ces figures bornées au nombre de 16 opèrent par une vertu occulte soumise aux causes secondes qui en sont la base, elles se plient et acquiescent aux désirs mesurés d'une âme humble, dont la sagesse sait mettre un frein à la curiosité.














    PREFACE.



    Pour moi, je n'écris point pour scandaliser les amers faibles et bornés qui poussent

    le scrupule au point de traiter les rapports et les sympathies de superstition,

    (et qui) me feraient un crime de la géomance qui leur paraîtrait de la pure magie ;

    encore moins pour nos esprits forts et nos libertins qui, détour par un principe d'orgueil

    et de corruption, la tourneraient en dérision.

    Je ne veux pas même m'étayer de ces gens éclairés et pénétrants, qui admettent dans la moyenne région de l'air des esprits intelligents sans nombre, (qui) ont cru que ces esprits bienfaisants avaient pu faciliter à certains hommes privilégiés la découverte des plus beaux secrets de la nature, comprenant la Géomance, non pas telle à la vérité que je l'ai parcourue dans plusieurs auteurs qui ne sont pas fort anciens. Leurs contradictions et la manie qu'ils ont eu de l'habiller (...)



    F° 8 r°.

    (...) en astrologie pour s'accommoder aux préjugés du temps a fait crouler l'édifice

    sur l'ineptie de leurs préjugés.


    Je vous la propose tout (?), comme émanerai d'un philosophe hébreux qui n'a pas cru déroger au titre de philosophe et de sage, en rendant justice à ses bons effets. Puisse-t'elle vous amuser au temps où la pratique que je fais en l'écrivant, voilà mon but rempli?

     

     

     

     

     

    (symbole du Soleil à l'encre rouge)

     

     

    Réflexion



     

    Une vérité occulte n'est autre chose qu'une intelligence céleste qui choisit les figures et les fixe où il lui plaît. Alors vous communiquant ses lumières, si elle vous en croit digne, l'événement justifie la vérité de sa prédiction, sinon, le jugement tombe à faux et votre embarras se trouve greffé sur la réponse.









    F° 8 v°. (page blanche)



    F° 9 r°.


    1 ère. Planche.




    Table géomantique


    (cercle des 16 figures en étoiles, avec une aiguille centrale)




    F° 9 v°- 10 v°. (pages blanches)




     













    F° 11 r°.


    2 è. Planche.

     

     

     

     

    Cercle astronomique contenant

    le nom des

    16 figures de géomancie


     

    F° 11 v°- 12 v°. (pages blanches)





















    F° 13 r°.



    3 è. Planche.

     

     

     

     

     

     

    Cercle astronomique contenant le nom des 16 figures en fleurs



     

     

    F° 13 v° - 14 v°. (pages blanches)

















    F° 15 r°.



    LE DICTIONNAIRE ALPHABETIQUE

    (ou classement alphabétique des questions)



    A

    B

    C

    D

    E

    F

    G

    H

    I,J

    L

    M

    N

    O

    P

    Q

    R

    S

    T

    V























     

    GEOMANCE EDITIONS HOMEPAGE

     

     

    GEOMANCE EDITIONS HOMEPAGE
    GEOMANCE EDITIONS HOMEPAGE