TRAITES PROVENCAUX DE GEOMANCIE par Paul MEYER (EXTRAIT)

 

C'est en 1897 dans la revue Romania (XXVI.) que Paul Meyer a publié cette transcription partielle[1], émaillée d'extraits tirés de "la Géomance de Cattan", du second poème de Maitre Guilhem [ XIVè.s] dans un article intitulé "Traités en vers provençaux sur l'Astrologie et la géomancie"[2].

 

(Cliquer l'image ci-dessous pour l'agrandir)

Ms. bnf lat. 7420 A, F° 115 r°

(copie manuelle)

  (Cliquer l'image ci-dessous pour l'agrandir)

Ms. bnf lat. 7420 A F° 115v°

(copie manuelle)

 

L'extrait de cet article a été transcrit d'après la numérisation BNF [2] des Traités en vers provençaux sur l'astrologie et la géomancie / [signé Paul Meyer]. Fragment du "Vallet a la cote mal tailliee" / Romania, XXVI. [Gaston Paris].

 

Tous droits réservés pour cette transcription. Copyright Geomance Editions.


 

...

 

            SECOND POEME
            (pages 266 à 275.)
    Nostre senher Dieus Jhesu Crist
    Que cel e terra e mar fist
    E totas autras natios
4             ...
Vole demostrar per escriptura
    E per orde e per natura
8 De que es tracha geumancia,
    E car astronomia es tan greus
    E i pot hom peccar ben leu,
    Li bo maestre ancia
    Traysero est art per gran saber,
    E car pot hom trobar lo ver
    Per geumancia plus breument
l6 Et els tolas (sic) lo judjament
    Per astronomia no fay.
    Aras aujas cum nos retray
    Geumancia ayso que es
20 E so que fo, c'avenir es.
    Vos diray tan en general
    Trastot per orde ben e mal,
    Mas premier me cove tractar
24 Ayso c'om cov'e a gitar.



1. die est ajouté par une main plus récente. 4 Vers omis. — 9 Suppr. tan. —- 16 Corr. E d'estelas ? Le sens est : " et parce qu'on peut arriver par la géomancie à trouver la vérité et le jugement des étoiles plus vite que par l'astronomie. " __ 25 Suppr. la ?


    Una taula blanca penra,
    E pena e tencha ; per tal mesura 28
    Ira ponen per aventura ;
    ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
    ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
    ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
    ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
    Mas sa preguieira deu far primier
    A Dieu merse d'aquo que quer
    Que lhi demostre veramen,
32 E pueihs punche tot a presen .xvj.
    Unas, [mas?] non egals ;
    Per un palm las deu hom far aytals,     La una pauca, l'autra gran,
36 Si com lhi det son en la man.
    E puehis desfasals ponhs dejos
    Am la pena de dos en dos
    ° °---° °---° °---° °---° °---° °---°
    ° °---° °---° °---° °---° °---° °---°
    ° °---° °---° °---° °---° °---° °---°
    ° °---° °---° °---° °---° °---° °---° °---°
    E se en la fi remanga
40 Un punh o dos pasar los a.
    E pueihs, cant ayso auras fah,
    Prenga los ponhs que auras traitz
    De las linas per tal manieira



28 J'ai compté les points, :Il y en a bien 13 pour les deux premières lignes et 14, pour les deux autres. — 29 Ms. primiera. Le vers étant trop long on pourrait supprimer mas ou sa. — 34 Suppr. hom. — 35 Cattan s'exprime plus clairement : « II (l'acteur) formera doncq quatre premieres lignes de poincts a la semblance des quatre doigts de la main senestre sans les compter, tellement toutesfois que pour le moins il y en ait jusques a quatorze a chacune ligne, dont la première sera assez grande à la manière du premier doigt appellé index ; la seconde plus longue, à la façon du second doigt nommé medius ; la troisièsme plus courte à la manière du troisième doigt appellé medicus ; la quatrième plus petite que toutes les autres, à la façon du petit doigt nommé auricularis » (1- I, ch. III). — 37 Je ne sais si desfasa est correct ; cependant, à la rigueur, cela peut s'entendre : l'idée est que les points doivent être joints deux par deux. Deux points liés par un trait ne sont plus des points ; on peut dire qu'ils sont " défaits ». Voici ce que dit Cattan, an commencement du chap. IV : " Après que les seize lignes de points auront été formées, il fault prendre les dits poincts de deux en deux, les liant avec un trait de plume ». — 40 Ms. los sa ; la rime est mauvaise, et le sens est obscur. L'auteur veut dire qu'il faut laisser au bout de la ligne un point ou deux isolés. Cattan (l. l.): « Et quand on sera au bout de la ligne, si les derniers poincts sont pairs, il les fault laisser pairs ; s'ils sont non, les laisser non, sans les joindre par le dict trait de plume. » — 41, 42 Corr. aura. L'explication donnée ici est obscure, et la figure qui est entre les vers 38 et 39 est défectueuse en ce qu'elle laisse un point isolé au commencement de chaque ligne (ou à la fin, si on commence par la droite), tandis qu'il devrait y avoir tantôt un, tantôt deux points, comme il est dit aux v. 39 et 40. Le sens doit être qu'il faut mettre à part les points isolés qui se trouvent à la fin des quatre premières lignes et en constituer ce que l'auteur appelle une maison, puis procéder de même pour les lignes suivantes quatre par quatre. On aura ainsi pour les seize lignes quatre maisons qui pourront présenter ces figures que j'emprunte à Cattan (ch. V) :

                   



44 E per trastotas las enquieira :
    Se troba dos, metals desus,
    Se .j. e .j. tot atrissi
48 Un sobr' autre pausa los aqui.
    De las 4 linas que trobaras
    De las autras 4 una mayso,
52 De las 16.4, que aytantas so.
    Pueihs, d'aquelas mayzos prenga
        ...
56 Si com son asizas a tieira,
    Los ponhs desus e sels depinte
    Un sobr' autre, pueihs fasa la 5te,
    Pueihs la 6 e la 7
60 Tot isiment e la 8.
    De la primieira e de la segonda
    S'en troba 4 per 2 los metarar,
    De la tersa e de la quana la deu far,
    Que tot ysiment la .xj. de la 5 e de la 6 ;
    E la 12 fasa apres De las maizos que son remasas
72         ...
    pueihs, qui contra sus tornava,
    E la 14 de l'autra part
    Pot el ben far per aytal art '
    De la .xj. e de la .xij.,
80 E pueihs si fassa la 15
    D'aquelas doas, si com ay dih ;
    Si son non pars a la finida :
84 Falhit aura en la maestria.



44 las corr. los (les points). — 48 Corr. pausals. ~ 49 Suppr, Urns, — 51 Vers trop long ; suppr. Ie chiffre 4 ? — 53 Suppr, que ? — 53-4. II faut probablement corriger :
Pueihs, d'aquelas [4] mayzos Prenga ...
Mais je ne sais que proposer pour la fin du vers. — 55-6 Mauvaise rime, — 57 Depinte est le subj. pr. de depintar, " peindre ". — 58 Vers trop long. 59-60 Je ne vois pas comment ces deux vers peuvent rimer : setena et uchena ? — 67 Ce vers est trop court et obscur. Il s'agit ici (depuis le v. 53) de la construction de nouvelles figures en prenant d'une certaine manière des points dans les quatre figures constituées d'abord. Tout cela est expliqué plus clairemcnt dans les traités plus récents, notamment dans Cattan. Ce dermer appelle « mères » les quatre premières figures ; il montre comment " de ces quatre mères s'engendrent quatre filles ", ce qui fait huit figures, puis comment, à l'aide des mères et des filles on forme quatre autres figures qu'il appelle " nièces ", ce qui fait douze, lesquelles douze servent à former trois nouvelles figures (ch. V, VI, VII). Nous arrivons donc, comme dans notre poème provençal, à un total de quinze figures. — 72 Vers omis. — 79-80 Lire dozena et quinzena, à la rime, comme au v. 76 dezena. — 85 Après ce vers le ms. porte : La primayrana es de vida, vers qui reparaît à sa place, un peu plus loin (v. 88). — Le copiste s'est aperçu de cette erreur, car il a écrit en marge vacat. A la vérité, finida ne donne pas une très bonne rime avec maestria, mais il y a, dans ce texte, bien d'autres rimes imparfaites.



    Non son que 15 las maios
    Don me cove dire los noms
    De totas tro en la fenida,
88 La primayrana es de vida.
    E de la sanetat del cors d'ome,
    E la primiera letra del nome
    E del pesamen del corage,
96 Et es hom de fol usatge
    De son senblant, de sa faytura,
    O es mayson d'atrempadura.
    La segunda es d'aver,
100 Sel pot gasanhar o perdre ;
      Aquesta es d'aytal manieira
      Atrempada cum la primieira.
      E la tersa, so m'es vejayre,
104 Es de parens e es de frayres
      E dels parens de sa molher ;
      Aquesta es bona per ver
      E es de via breviana,
108 Qui la vol fayre per setmana,
      De mudamens e de mayzos,
      De conhastz e de companhos.
      La quarta es de sa eretat
112 E del paire que l'a engenrat,
      D'orstz e de vinhas e de prastz
      E dels cams e dels semenastz
      E d'autre[s] edificamens.
116 Cesta es molt bona per semblament
      E es bona per totas res,
      Que desobre si parvent es
      La letra de lu si repausa
120 Del nom e de tota autra causa.
      La quinta es d'atrempament,
      E puesc vos be dire coment ;
      E es plus mala que no es bona,
      La 6 es d'emfermetat,
124 E per femma prenh se razona
      E es de perda e de maltat,
      E per fihs e per vestimens,
      E de serventas e de sirvens,
      Manjars e beure ichement,
132 De bestias e de laboramens
      E de mesatge e d'escriptura,
      E de prejoniers e de ssers
128 E d'alegrier e de natura.
      E d'autras causas que es fiels.



89-90 om et nom, la forme om n'est pas sans exemple au cas régime. Pour le v. 89 qui est trop long on peut ou lire santat, ou supprimer cors d'. — 96 Vers trop court et qui s'accorde mal avec ce qui précède et ce qui suit. —99 Faut-il corriger de son aver, leçon du poème précédent au v. 191?— 100 Corr. perder ; de même v, 288. — 103-108 Cf. le précédent poème, vv. 197-200. — 112 Suppr. E : cf. le premier poème, v. 206. — 115 Cattan, ch. IV : « La quatrième maison.... contient naturellement les questions et demandes que l'on peut faire sur le père, sur le grand-père... sur les maisons, terres, vignes, jardins, prez, herbes et bois de leur appartenance ». — 116 Suppr. per ? — 117-20 Ces vers sont obscurs. Cattan ne nous est d'aucun secours. — 124 Ms. ferazona. — 128 Cattan, ch. V : " La cinquiesme maison.... contient proprement la signifiance des demandes que l'on peut faire sur un enfant... les demandes pareillement qui se peuvent mouvoir sur la façon de vivre, a sçavoir si ce que 1'on boit ou mange sera profitable à la personne, s'il est bon de prendre habillemens neufs... si le messager viendra bientost et quelles nouvelles il apportera et mesme ce que contiennent les lettres. " — 131 Suppr. le premier e ou le second de. — 134 Corr. quo son fels ? — Cattan, ch : " La Sixiesme maison.... contient proprement toutes les demandes que l'on peult faire sur le faict des serviteurs et servantes et autres subjects. Celles semblablement qu'on sçauroit proposer sur quelques malades ou maladie... sur le menu bestial... "


      La 7 es ichement mala (c)
136 E es miaiors (sic) de comunalha,
      Mas non ges tan com la 6a,
      Per so tempra se de mala mena ;
      E es maiors (sic) de companhia
140 E de casament e d'amia
      E de bathalha e de plahc,
      Eycimen d'ome que jast
      El es malaust a la vegada,
144 E demostra femma emprenhada ;
      E la letra de la metat
      Del nomi pot esser trobat ;
      Atresi es de forsament
148 E de layron tot a present.
      I.a 8 es mala fort,
      Car es mayzon dels homes morst
      E de tristeza e de dolor,
152 De fadiament e de paor,
      E es de heretat de mort,
      E aquesta es d'aytal sort
      De parer es e es de depta,
156 E es del mal trempat quil repta
      La .9. es de vias longas,
      De sapiensas e de somgas
      E d'omes de religion,
160 E si de bona fe es hom ;
      E significa ichement
      D'ome que non es a present
      Se ja retornara en say
164 O sis volra estar de lay,
      De maestria e d'acuzansa
      E d'onor d'ome que a prezansa,
      Cals quo ela sia la presona.
168 La mayzos es trempada e bona
      E de calqueus volhas servize
          ...
      La desena es de senhoria
172 E d'ome que deja aver baylia
      E qui ab rei volha estar,
      E es de vila e de mar,
      E demostra la region
      E la metat del mon es mesa
      E es del mal atrempe presa.
      Aquesta es d'aytal afayre,
180 Mayon l'apela hom de mayre,



— 135 Voir Cattan, 1, II, ch. VII. Le rapport avec notre poème est assez vague. Citons cependant cet alinéa : " Les demandes pareillement qui se peuvent faire communément sur l'amie et sur quelqueu accord de mariage, si se consommera ou non. " — 149 Cattan, I. II, ch. VII : « La huitiesme maison.... autrement maison de mort, contient naturellement les questions et demandes que l'on peut faire et proposer sur la mort ou maladie de quelqu'un, a sçavoir s'il vivra longuement ou s'il mourra bientost. » — 157 Cattan, 1. II, ch. IX : « La neufiesme maison.... autrement maison de Dieu, contient naturellement les questions et demandes qui se peuvent proposer sur les appartenances d'un temple ou église.... Ceste maison contient aussi les demandes qui se peuvent agiter sur le séjour et retardement que peult faire l'homme qui est en chemin. » — 170 Vers omis. — 171 Cattan, 1. II, ch. X : « La dixiesme maison, qui est l'angle du midi, on maison de cueur du ciel (cf- v. 177)....Item, sur le pape, l'empereur, roy, royne, prince, grands seigneurs. » La ressemblance avec notre texte est bien vague. — 172 Corr. d'om. — deja aver est douteux : on ne lit que de...er, le reste est effacé.— 173 volha est à peu près effacé.


      E demostra laborament
      E sels que fan rot a presen.
      Li .xj. es d'aventura,
184 Si es bona o mala o dura,
      E d'amix e de mal volens
      E de tostz antres (pen)samens ;
      Mayson l'apela hom d'amistansa,
188 E es molt bona, ses dopdansa,
      E demostra peccat de sert
      Que jes nol vol tener cubert.
      La .xij., que es molt mala,
192 Que demostra Ihui que davala
      Jos en carcer tot a perfont
      E las enamistastz dcl mon,
      E bestia que es a cavalgar
196 E caval e bestia mular,
      E de bentat mostra ades
      Que plus non trobara apres.
      La .xiij. es que demanda
200 E tot alegrier comanda,
      E es de bona trempadura
      E testimonia figura
      De pra initat trastota
204 Pot hom i veyre, si i ve gota,
      Per luy ayso quo hom i quer ;
      La letra r i pot trober.
      La 14 es tristeza (f. 115v°)
208 E say que es de mala trempesa
      De tot so de que hom espia
      De l'autra part testimonia.
      De letras te la y grezesca
212 Per so que tot lo mon acresca.
      La 15 fay jugiazon
      De trastota la question ;
      Ab l'u si te atresta be
216 Com am l'autre, c'aysi cove.

      Incipit tractatus.
      La letra senes [a]tayna

      Quels noms trastostz divina ;
      Las autras letras son els signas,
220 Don me cove desora primas
      Parlar de lor ses desturbier
      De so que vol signifier,
      Mas 4 maizos de davan
224 Son d'aquo que es a presan ;
      Las autras 4 vos ai contadas
      So d'aquo que es trespasat ;
      Las desotz son, a mon albir,
228 D'aquo que queres avenir.
      Las signas de la geomancia
      So .xvj., si non menton mia,
      Mas .xv. son en judjament.
232 Or vos diray primieirament
      Las semblansas e la fayson
      De la primieira, com a nom,



183 Cattan, 1. II, ch. XI : " L'unziesme maison....naturellement contient toutes les demandes ou propositions que l'on peult faire sur le faict d'un amy ou d'une amie. » — 185 Ms. e de mal volens o de ben volens ; je pense que les quatre derniers mots sont une glose. __ 186 avant samens je vois trois jambages surmontés d'une barre. — 191 Cattan, 1. II, ch, XII : « La douziesme maison, appellée cadente de l'angle de midy, autrement maling esprit, comprend naturellement la signification des questions et demandes qui se peuvent mettre en avant et proposer sur le faict de la prison, de l'obscurité et ténèbres d'icelle et sur le prisonnier en elle détenu... Item, sur les gros animaux, comme boeufs, chameaux... chevaux, mules, mulets, asnes et toutes autres bestes de charge et de monture. » Cattan ne décrit que douze maisons, comme le premier poème. — 200 E [tras]tot ? — 203 Il y a dans le ms. p surmonté d'a, puis initat ou iuitat : le premier et le quatrième jambage me paraissent pourvus d'un accent. — 216 Corr. aysi[s]? Malgré la coupure qu'indique le ms., le sens parait rellier ce vers aux suivants. — 219 els pour en las ? — 225 Corr. que vos ai contat. — 229 Suppr. la.


      Aqui si corn l'apelo li plusor ;

236 Aries es son jugiator,
      E sol la ten en sa tenensa El mes d'april en sa presensa.
      Per aquo la met hom primieira
240 E molt es bona a gran maniera,
      E garda home sa e alegre,
      Trastotas res manda cosegre.
      Cant en la primieira vendra
244 A pendre tot comandara.
      En comprar bestias o jumentas
      Es bona molt e avinenta.
      La femna que hom ama primier
248 Acosec ses nulh desturbier,
      E es bona per companhia
      E per tota autra mercadaria,
      Acompra presans e maios
252 E sirventas e sirvens bos ;
      E sel que ssi volra mudar
      De sa maio vol devedar,
      E sel que vol anar tost per via
256 Aquesta molt li contraria ;
      Mas qui la via vol tarsar
      Encar s'i pot ben profechar.
      Als malautes es greu fortmen :
      Sanc lor fay perdre a presen,
      Mas puehis retorno a san[e]tat ;
      E ichement es depersonat ;
      E la prenhs, cum que greu [li] sia,
      Efantara en darayra
      Efant mascle e qui viurra ;
      E s'om deu depta, cobrar l'a ;
      E rei que va sobr' autre en ost
268 En batalha vensera tostz.
      Qui demanda a rei .I(a). causa
      A ver la pot ses tota nausa.
      D'alcun rei o d'alcun senhor
272 Sesta lhi dona seguror,
      E pren logar asetiat.
      Navegans troba tempestat ;
      Furt se troba e rei servir
276 Es bon e pot s'en hom gausir ;
      De rei o d'autre traspasar
      O de regemes veda far.
      Hom que es deforas torna tart.
280 Qui comta novas non es vertat.
      De perda o de mort sospieita
      D'aquo es ben vertatz eslecta,
      E de pecat e femna prenhs,
284 Tot ichement mesonja estren.
      E qui vol demandar de vida,
      Rica e longa lh'es pro merida.
      Hom que as autre trames aver,
288 Es bon, mas puehis lo pot perdre,
      Sel torna al travers say ;
      E casamen es bo quil fay.
      Intrament de luoc e de regio
292 Primier es greu, mas puehis es bon,
      E laus es bos e de plantat
      E de fromen ben abastaz,
      Mas non poira abastar gayre,
296 E a de luoc e de repaire
      Mercadiers e campiadors
      Que avers so el mon ausors,
      E signifia princeps e reis
300 E de part del mon las leis
      So c'om apela Orien,



235 Il semble nécessaire de supprimer aqui, mais où est Ie nom annoncé au v. précédent ? La figure qui suit est, dans le ms., placée en marge. — 248 ses, ms. set. — 250 Suppr. autra. — 251. A comprar[r] ? Mais que signifie Presans ? — 255 Suppr. tost. — 261 Ms. sanetat. —- 273 Ms. lo gar. — 280 Vers trop long. — 288 Corr. perder ; cf. la note du v. l00. — 289 Vers trop court. — 291 Suppr. le second de ?


      E de color tot a prezen
      Blanc e vermelh, mesclat ab sor,
304 E doutz, sotzagre la sabor,
      E las olors son saborosas
      Las sanctas peyras presiosas.
      De letras reten s e r
508 De comte .xxxj. per ver.
      Se de comte faystz question
      Sercatsz en la prima maizo ;
      La demostra d'ome sa faytura
312 Que es un pauc gros per la centura
      E a la cara davant bela,
      Mas un petit es pigosela ;
      E es estrehs per las espallas,
316 Las fafias dels uelhs afondadas,
      Mas bela ha 1'esgardadura
      E a un pauc breu la stadura,
      Lo cap asaut, cor coraggos
320           ....
      Hom es de cort, rei a senhor
      0 potestat o home alsor ;
      El cap a plaga e la part dextra
324 E un' altra a la senestra,
      E de mort d'ayga es escapastz
      O es de femna molt amastz.

      Mas er me coven que vos diga
328 En cada maio que signifia :
      En la primieira vida bona ;
      E qui vol gasanhar questiona
      En la 2(a) : trop aver
332 Demostra qu'el aura per ver ;
      E de sos parens bevolensa ;
      En la 4(a) gasanhar heretat
336 En qu'elh venra a profeitat ;
      En la 5 pren de filh profeit
      E carta d'eretat que leit ;
    En la serena longa malautia,
340 Profiet de bestias tota via ;
      En la 7(a) bon cazamen,
      Companhia e d'enimix vencemen,
      En la 8(a) a malaute mort
344 E gasanha sa heretat per sort.
      La 9(a) tot a presen
      Significa ben mudamen ;
      La .x. profieh de senhors,
348 E gasanha gran aver de lor.
      En la .xj(a). aventura bona
      E bos amix ab ques rasona ;
      E la 12 captivitar,
352 Profieh de bestias, paubretat ;
      En la 13, qui va en carieira
      Gasanha de senhor enquera ;
      En 14 fey mostralh
356 Profiet d'aver am gran trebalh ;
      En la 15 bona fi aura
      A trastota ren que volra.



311 Ici encore il faut supposer om. — 320 Vers omis. — 521 a, corr. o. — 329 Cf. ci-dessus, vv. 88 et suiv. — 333 Vers trop court. — 335 Trop long, corr. gran h. ? — 339 serena, pour sezena ou seizena, sixième. — 342 Vers trop long ; faut-il supprimer d'enemix ? — 343 Corr. m. fort ? Cf. v. 149. — 344 Suppr. sa ? — 346 ben, corr.bon ?


Cet extrait suffira, je l'espère, à satisfaire la curiosité du lecteur. Je donne maintenant la fin du traité qui, on en jugera, semble dépourvu de conclusion. Il s'agit, dans cette fin, de la signification des figures. Une figure, inscrite dans un cercle, est placée en marge de chacun des paragraphes dont j'ai marqué le commencement par des —. Je n'ai pas cru devoir reproduire ces figures. Le lecteur peut se les imaginer à son gré : le texte n'en sera ni plus clair ni plus obscur. Je m'abstiens désormais de proposer les corrections que la mesure réclamerait. Remarquons que les paragraphes sont accouplés denx par deux. Ainsi, un paragraphe qui commence par D'alegria e de tristeza est suivi d'un autre dont le premier vers est De tristeza e d'alegria, et ainsi de suite.

            (Fol. 121 v°)

      Cant ieihs de donzel e blancor
      Hom defora ve tota hor
      Bona companha e cazamen
      E per comprar bon ichemen,
      E tuh lhi camps on son lhi blatz
      Lor dezir es can pluja asastz.
      Cant ieihs de blanc e de donzela
      Paor de perda fai mostrazo,
      E es bo per draps rois comprar,
      Aur (?) o froment de tal afar
      E crus vermelhs et a fin bon,
      Enemistat torna a bon.
      En pessamen mostra destreisa
      D'enemicx o d'acusadors,
      En cauza de femna mostra paor ;
      Sirvens mostra invidios
      Que lei non tenon fastijos ;
      En gazanhar aver es mal
      E per cazamen atrestal.
      De tristeza e d'alegria
      Bon cazamen trastota via,
      E manda dire veritat
      Davau rei, o fai demostrat
      De mala via e de mudamen ;
      Trastot aisso que volh pren.
      De portal alsat e de reversat
      Paor demostra re maltat2,
      E cazamen non es ges bon,
      Barhalha mostra e partizon,
      A tota ren pren victoria
      Ha bona fin e ab gran gloria.
      — De portal reversat e alsat
      Aisso demostra alegretat,
      Cazamen bon e companhia,
      Mudamens fai bon e la via.
      De conjunctio e de via
      Cazamen bone companhia,
      Carrieira mala, mas pueihs bona ;
      E malaute per mal razona,
      E so que horn demanda pren,
      E demostra tot ichemen
      Ajustar aver veramen
      De mainada e de cazamen.
      De via e de conjunctio
      Cazamen bon e mudazo,
      E so que hom demanda pren,
      E pres e malaute a guerimen.
      Cant ieihs de pople e de carcer
      Aquesta mostra a far altre,
      E prenhs mostra quo es molt granada
      Cazanhar (sic) ditz tota vegada
      A tota fin mostra maltat.
      Cant ieihs de carcer e do poble,
      Gazanh de mercadura noble
      E de bestias de .iiij. pes
      So que hom demanda pren ades,
      E coferma 1'esperansa,
      D'erms e dezertz fai demostransa.



I. Il paraît manquer deux vers. — 2. Il y a remaltat en un mot ; je suppose qu'il faut e maltat ; on a déjà vu maltat au v. 130 et on le rencontrera encore dans les derniers vers.


Le reste de la page contient des rêgles formulees en latin pour pratiquer la géomancie, avec figures. Il s'agit surtout, dans ce morceau, de la construction des maisons astrologiques, qui sont, comme dans Cattan, qualifiées de mères, filles, nièces, En voici le début :

      Si tu vis operare de geomancia, debes facere quatuor lineas quater,
      quemadmodum digiti sunt ordinati in manu, ut sunt ille que sunt ad latus
      hujus figure(1), et postea facere, ut dictum est supra, scilicet conjungere
      duos et duos puncms incipiendo semper a dextris, et quod remanebit
      in fine ad punctuandum, nota utrum sit unus punctus vel duo, et sic
      ex illis 4 lineis compone unam domum et ex aliis 4 lineis aliam, etc.,
      quibus 4 quater lineis componuntur 4 matres in primo loco hujus
      figure posite
.....

            PAUL MEYER.

P. S. Le nom de l'astrologue arabe à qui « Hugo Satiliensis » a emprunté la matière de son traité de géomancie m'avait paru bizarre, et j'ai exprimé (p. 250) un soupçon sur I'authenticité de la forme Alatrabulucus sous Laquelle le ms.de Florence nous 1'a transmis. Ce soupçon était mal fondé, et je m'empresse de le retirer. M. H. Derenhourg, le savant professcur d'arabe de l'Ecole des Langues orientales, à qui je communiquai, un peu tardivement, mes doutes à cet égard, voulut bien m'apprendre qu'au contraire Alatrabulucus est un nom très correct qui signifie " Le Tripolitain » , que, de plus, on connait deux personnages ayant ce surnom (en arabe Taraboulousi ou Atrâboulousi) qui ont écrit sur la géomancie, et il me renvoie an Catalogue des mss. arabes de Berlin (par le prof. Ahlwardt), III (1891), 541-6 et 548.



1. Les lignes auxquelles l'auteur renvoie sont disposées comme dans le poême ci-dessus (p. 267, après le v. 38), c'est-à-dire que l'on compte les points de droite à gauche.

(FIN)

 

 

 

 

 


 

Notes de Geomance Editions :

 

[1] Theodor Ebneter en a depuis donné la transcription intégrale ("Poèmes sur les signes géomantiques en ancien provençal, Urs Graf-Verlag 1955)].

 

[2] N.B. : pour voir le texte complet de l'article originel en mode image [PDF /Adobe Acrobat Reader] depuis la page catalogue Gallica 2000 (cliquez ICI "numérisation BNF"), renseignez le champ Sujet avec le mot-clef "géomancie" (Le Premier poème se situe quant à lui à la page 257 du document numérisé.)